Neem, grand nettoyeur du sang


Officiellement déclaré « arbre du 21e siècle » par les Nations Unies, le neem est sans égal pour éliminer les toxines qui encombrent le sang et causent des problèmes cutanés. Il tonifie les muqueuses, notre « peau intérieure », tout en la purifiant de ses toxines. Son potentiel antiseptique élimine la plupart des bactéries, des fongus et des parasites. On le retrouve de façon quasi omniprésente dans les produits corporels en Inde, des savons aux pâtes à dent.



Propriétés médicinales générales

Antiseptique, antifongique et antiparasitaire : Une qualité indéniable du neem est son puissant effet antiseptique. Les parasites en tous genres, les champignons et les bactéries lui résistent avec grande peine, surtout en application externe. Des recherches pointent même vers des effets anti-cancer.


On utilise le neem en application externe et à l’interne en cas de champignons ou d’infection bactérienne cutanée. Il est présent dans les formules pour soigner la fièvre, le paludisme, la tuberculose, les grippes et les rhumes, pour son effet rafraîchissant, antibactérien et antiviral.


Propriétés :  système digestif

Tonique de la muqueuse intestinale : Grâce à son effet tonique des muqueuses et des tissus épithéliaux, combiné à son effet antiseptique et à son action stimulante sur l’excrétion de la bile, le neem soigne la dysbiose intestinale, si fréquente parmi les causes des déséquilibres modernes.

Digestif, tonique du foie et du pancréas : L’amertume du neem active et équilibre les fonctions digestives, hépatiques et pancréatiques, en plus de réveiller l’appétit, d’affiner les sens gustatifs et de soulager la soif et les excès de chaleur. En ayurvéda, le neem est connu pour supporter le métabolisme des graisses : meda dhatu agni. On l’emploie notamment en cas de problèmes hépatiques, de jaunisse ou de parasites.

Non seulement les muqueuses digestives sont tonifiées par le neem mais il absorbe aussi l’excès d’humidité et de chaleur dans l’intestin. D’autre part, son effet sur le foie et les toxines améliore la qualité de la vision lorsque celle-ci est déséquilibrée par un excès « pitta ».

Glycémiorégulateur : L’action du neem sur les organes digestifs contribue significativement à régulariser le taux de sucre dans le sang. Le neem contribue aussi à diminuer les risques associés au diabète comme les acidoses, les troubles oculaires, les infections et les blessures qui ne cicatrisent pas.

Anti-émétique vs émétique : Grâce à son amertume, quelques gouttes du jus frais des feuilles du neem soulagent les maux de cœur et la nausée. Une quantité excessive provoquera à l’inverse des vomissements.


Propriété :  système respiratoire

Tonique des muqueuses respiratoires : Tout comme pour les muqueuses digestives, le neem tonifie et purifie les muqueuses respiratoires tout en diminuant les inflammations. Grâce à son effet astringent, il est utile pour assécher l’excès de mucus qui bloque les voies respiratoires et aussi pour diminuer les saignements. Les brindilles du neem, plus astringentes, sont prisées pour contribuer aux soins des bronchites, de la toux et des rhumes en ayurvéda.

Propriété :  système génito-urinaire

Diurétique et lithotritique : Stimule quelque peu la diurèse, soit la production d’urine. Il contribue ainsi à éliminer les pierres aux reins ainsi qu’à diminuer le taux de créatinine lorsque celui-ci est trop élevé.


Dosage et utilisation

Tisane :La tisane se prépare à partir d’une dizaine de feuilles séchées du neem que l’on infuse une quinzaine de minutes dans un demi-litre d’eau. Elle peut servir à faire baisser une fièvre ou à calmer un ulcère gastrique, par exemple. Pour préparer les fleurs du neem, la tisane est le mode d’utilisation le plus utile pour conserver ses principes actifs.


Ref : http://www.ayurvedarevolution.com/neem-nettoyeur-du-sang/

22 vues